Enki Bilal

25 Mar

Enki Bilal

Deux œuvres témoins rares et originaux de la rencontre de deux artistes fondamentaux passeront sous le feu des enchères à Arcachon

 Né à Belgrade en 1951, Enki Bilal et sa famille emménagent à Paris en 1960. A 24 ans il signe son premier album : La croisière des oubliés. Dès 1980 il entame la trilogie Nikopol, son premier grand succès public et critique. En octobre 2015, Artcurial vendra aux enchères une planche issue du deuxième volet de la série, La femme piège, pour 361 750 euros, un sommet pour un artiste de bande-dessinée vivant. Alors que cet album impose le style Bilal, aux confluents de la bande-dessinée fiction et de la politique, l’année 1986  marque également la date de sa première collaboration avec Jean Vautrin. Enki Bilal imagine la couverture du recueil de nouvelles Baby-boom qui recevra le prix Goncourt de la nouvelle.

 Les chemins des  deux hommes ne se croisent pas par hasard. Jean Vautrin débute dans le cinéma, en tant que réalisateur et scénariste dès les années 60 avant de se tourner vers la littérature dans les années 1970. En 1982 il reçoit le César pour le meilleur scénario pour Garde à vue, co-écrit avec Claude Miller et Michel Audiard. La même année, déjà attiré par le 7ème art, pour lequel il créera tout au long de sa carrière, Enki Bilal compose les décors du film d’Alain Resnais, La vie est un roman. Tous deux suscitent la reconnaissance de leurs pairs : en 1987 Bilal obtient le Grand Prix du 14ème festival International de la Bande Dessinée, en 1988 il est exposé au Palais de Tokyo à Paris ; en 1989 Vautrin reçoit le prix Goncourt pour Un grand pas vers le bon Dieu.

 Leur coopération ne pouvait pas s’arrêtait là tant leurs points communs étaient évidents : ainsi Bilal proposera les couvertures des 8 volumes de la série de romans Les aventures de Boro, reporter photographe, co-écrite par Jean Vautrin et Dan Franck entre 1987 et 2009. Inspiré par Robert Capa, Boro nous plonge dans le Paris des années 30 jusque dans l’après-guerre, ainsi qu’aux quatre coins du monde au travers de ses reportages sur fond d’intrigues politiques et mondaines. 

 Né en 1933, Jean Vautrin décède en 2015, après une vie passée à créer. Il résidait depuis de nombreuses années dans la région bordelaise. Véritable source d’inspiration pour les artistes : Bilal, Tardi, Yves Boisset… ses œuvres ont alimenté et alimenteront la créativité de ses pairs. Les hommages sont nombreux, Tardi déclare dans les colonnes du Figaro : « il aimait beaucoup jouer avec les mots et en inventer. Son écriture était extrêmement dynamique, pleine de trouvailles ».

 Ce sont deux jalons de la rencontre de ces deux grands artistes que l’étude Toledano aura l’honneur de présenter lors de la vente aux enchères du 25 mars 2017.

Contactez-nous!

TOLEDANO
135 cours Lamarque de Plaisance
33120 Arcachon
tel : 0033 5 57 52 74 60
Fax : 0033 5 57 52 74 64